Notre début Aménophis, Jean Mermoz

07.12.1976

Premiers contacts avec Aménophis et Robert Kayser


Robert Kayser à l’Académie de Boitsfort


Nous (Anne Vanyp et Jean-Louis Colot) travaillions dans l’atelier de sérigraphie de Jean-Pierre Point à l’Académie de Boitsfort. Souvent, les samedis, nous nous retrouvions au secrétariat pour le partage d’une soupe avec quelques personnes de l’atelier de gravure. Nous avons appris à connaître Robert Kayser. Il nous a introduit à l’esprit Aménophis. Ensuite, nous avons été invités aux réunions fin de 1976, rue de l’Agrafe, chez Robert Kayser (RK) et Marie-Claire Gouat (MCG), et rue de l’Amazone chez Jean-Michel (JMP) et Éliane Pochet (EP).


Réunions Aménophis


Lors de notre première réunion Aménophis, l’équipe fixe le thème du prochain numéro d’Aménophis. Ce sera Jean Mermoz. La couverture du numéro 16 par Robert Kayser portera le titre Si ce héro ne vous plait pas Aménophis peut vous en fournir un autre.


Nos participations au numéro 16 Jean Mermoz


Nous participons au numéro 16 Jean Mermoz sorti avec la date de fraîcheur le 7 décembre 1976. L’exaltation du Jean Mermoz de l’aéropostale nous a inspiré une séquence sur l’héroïsme des margarines, alors très présentes dans l ’espace public et publicitaire. Des images adorables de santé et de légèreté à prix punch. Elle s’ouvrait sur un timbre poste en l’honneur de Jean Mermoz avec l’incantation Faites revenir Jean Mermoz.  Suit la page Dans les panthéons, à côté de dieux plus anciens figurent dorénavant les margarines. Puis, la légèreté aérienne des margarines, les vacances héroïque sur la trace de nos héros. En conclusion,  la citation, il (Jean Mermoz) me disait j’ai peur de mourir dans un lit. Dans le même sillage publicitaire et mythologique, Anne représente Icare dans sa chute avec la bulle Soif d’aujourd’hui. Le slogan Coca Cola d’alors.

 

Tout autre chose, l’aéropostale nous (AVN & JLC) avait quelque peu rapproché, pendant des mois de séparation transatlantique. Anne avait été envoyée pour sa recherche au Centre IBM de Californie près de San Francisco, tandis que Jean-Louis restait à son poste à l'université Libre de Bruxelles. Deux images du désert californien sur une page de ce numéro. Pendant qu’Anne découvrait sa nouvelle vie californienne et calculait sur les gros ordinateur d’IBM, Jean-Louis tentait de convertir de jeunes étudiants en médecine à la réflexion scientifique sur le mouvement et les référentiels. Son imagination rapproche cet objectif d’une visée médicale. Aménophis lui a fourni un espace dans lequel la chose pouvait être présentée, un dessin à la plume titré aviateur traitant son ténia par la force vermifuge en survolant la baie de Rio.  Les éclats de rire de l’atelier de sérigraphie avaient vivement encouragé sa publication.

 

 

 

Please reload